7 Rue Plan de l'Oume, 30700 Uzès, France
 
Indisponible aujourd'hui
 

La perte d'un enfant dans le couple


Faire face à la perte d'un enfant au sein d'un couple

J’ai pû, lors de mes accompagnements, voir 2 cas de figures, lorsque survient la mort d'un enfant, le couple entre en souffrance :

  • soit il se soude, se resserre.

  • Soit il explose.

Lors du décès d'un enfant, les parents se retrouvent en même temps confrontés à une souffrance indescriptible et l’un comme l’autre doivent non seulement porter leur fardeau, mais aussi celui de l’autre.

Chacun a des réactions différentes face à cette perte.

Je me rappelle avoir scruté mon mari à l’annonce, il s’est effondré à genoux au sol et en une fraction de seconde, je me suis accrochée à ce bois qui flottait dans ce tsunami qui s’abattait sur nous.

Installer une communication au sein du couple

dessin air et ailes

Il existe un lien différent entre le papa et la maman vis-à-vis de l’enfant comme il y a un lien viscéral entre la mère et l’enfant. Chacun a un lien spécifique et unique avec l'enfant disparu, de fait, ils vivent un deuil différent. De plus, le deuil évolue par vases communicants au gré du temps. “Il va mal, je vais bien et l’inverse”. Et tant mieux d’ailleurs, car si l'on est dans le même mood, les deux peuvent se retrouver au fond du trou rapidement !

Nous avons chacun des réactions différentes face à sa perte.

On a instauré le dialogue sur nos ressentis dès le départ. On a fait une sorte de pacte (sans se le dire) de tout se dire.

Rencontrer des difficultés de communication

Des tensions, des non-dits s’installent dans le couple.

J’ai pû rencontrer une maman qui trouvait que son mari n’exprimait pas la perte de son enfant. Pour elle , il vivait comme avant, il vaquait à ses occupations alors que le père vivait son deuil dans ses terres, loin du regard de sa femme pour ne pas l’attrister encore plus qu’elle ne l’était. Pour lui, à quoi bon lui parler de ses peines, ça lui rajouterait des souffrances inutiles.

Chaque personne gère ses émotions différemment et nous sommes dans une société “de bisounours hypocrites ou de lapins crétins” où l’on doit guérir vite, où l’on ne doit laisser transparaitre la tristesse, la colère, le dégout !!!!!!

Le deuil NE SE FAIT PAS, il se traverse, il avance, il régresse et l’on doit faire avec.

Les étapes du deuil

La mère ou le père peuvent évoluer différemment selon les “étapes". 

Selon le modèle d’Elisabeth Kûbler-Ross, elle en décrit 7 :

  • 1-Le choc
  • 2-Le déni
  • 3-La colère
  • 4-La dépression, la tristesse
  • 5-La résignation
  • 6-L’acceptation
  • 7-La reconstruction

Selon le docteur Christophe Fauré, il en décrit 4 :

  • 1-Le choc
  • 2-La fuite et la recherche
  • 3-La déstructuration
  • 4-La reconstruction

Je ne penche ni pour l’un ni pour l’autre, je pioche selon mon avancement ou ma régression dans ces 2 listes pour savoir où je me situe. Quand l’on perd un enfant, nous n’avançons pas côte à côte sur notre chemin de croix comme des bons petits soldats de la phase 1 à 7 ou de la phase 1 à 4. NON, l’on peut sauter des étapes/avancer, régresser …..

La traversée d’un deuil n’est pas linéaire. Avec une pointe d’ironie et de fatalisme, je dirais “Bienvenue à Koh-Lanta ou dans les montagnes russes.”

Le père ou la mère peuvent évoluer, aussi, spirituellement et ne plus se retrouver sur les mêmes longueurs d’ondes.

Ils peuvent également ne plus éprouver le même désir que ce soit sur le plan général (attraits, fréquentations, loisirs, sorties…) et sur le plan sexuel.

En conclusion :

Soyez à l’écoute l’un de l’autre, instaurer du dialogue dès le départ. Exprimez vos émotions, vos ressentis sans pour autant “obliger/tirer/traîner” l’autre s’il n’est pas en phase avec lui-même et vous-même.

D’après le DSM-5 (Manuel Diagnostique et Statistiques des troubles Mentaux) le deuil est dit “pathologique” au bout de 12 mois. Écoutez-vous, n’essayez pas de rentrer dans la case de conformité, s’il vous faut 18 mois, 24 mois… pour traverser les étapes, acceptez !

Si cela est trop dur psychologiquement et physiquement pour vous, faites vous aider. Consultez votre médecin et/ou un psychiatre, un thérapeute, intégrez une association, un groupe de paroles…. Écoutez-vous, prenez du temps pour vous.

Je suis honnête avec vous, je le réitère, un deuil “ne se fait pas” il se traverse.

Si vous avez des questions, un témoignage à faire…. Vous pouvez commenter ci-dessous ou me contacter, je prendrai le temps nécessaire pour vous répondre.

Dessin avec son autorisation @air_et_ailes


Lire les commentaires (0)

Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

À la une

TAIS TOI ! .... Tes parents pourraient mourir

20 Juil 2023

Tout ressurgit dans l'été 2022.  Il n' y a pas de hasard, c'est ce que je me dis souvent.
Rémi nous conseille de regarder une série sur Netflix avec Daniel A...

Comprendre et gérer l’encoprésie ou un blocage à déféquer chez les enfants

21 Mar 2024

Qu'est-ce que l'encoprésie ?

L'encoprésie, bien qu'elle puisse sembler difficile à gérer, peut être traitée efficacement avec le bon soutien et les bonnes ...

La perte d'un enfant dans le couple

26 Fév 2024

Faire face à la perte d'un enfant au sein d'un couple
J’ai pû, lors de mes accompagnements, voir 2 cas de figures, lorsque survient la mort d'un enfant, le c...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par JPCHAUDOT

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.